You've successfully subscribed to Le Cosmographe
Great! Next, complete checkout for full access to Le Cosmographe
Welcome back! You've successfully signed in
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.
Jupiter, maître du ciel cet automne

Jupiter, maître du ciel cet automne

4 min read

Vous l’avez tous vu, Jupiter, étincelant dans le ciel ? L’astre jovial à la barbe irradiante d’une lumière dorée traverse en ce moment la nuit en majesté. Son éclat est si vif qu’il rend jalouse l’ancienne Reine du Ciel, Vénus, Hespèros, ces soirs d’automne. Voici des millénaires, les Hommes la détrônèrent pour y placer Jupiter comme maître du ciel, nonobstant son éclat.

L’astre « irradiant » était considéré dans l’antiquité comme le premier d’entre eux. La première des cinq planètes connues (visibles à l’œil nu), la plus importante, soit la majeure, la majestueuse. Une première place qu’elle conserve encore aujourd’hui, mais particulièrement du point de vue de ses caractéristiques physiques : la plus grande de toutes les planètes, la plus massive et donc la plus influente. Elle a été la première aussi à émerger du chaos qui entourait le Soleil, il y a 4,6 milliards d’années.

Sur le plan de sa position par rapport au maître absolu, le Soleil, Jupiter est par contre la cinquième planète. Distante d’environ 800 millions de kilomètres du Soleil, elle est devancée par Mercure, Vénus, la Terre et Mars. Avant de l’atteindre, il faut franchir la Ceinture principale d’astéroïdes, laquelle sépare le royaume des petites planètes rocheuses, de celui, plus vaste, des géantes gazeuses.

Jupiter est visible dans le Capricorne cet automne. Crédit : SkyGuide

Les Anciens surnommaient aussi Jupiter Phaenon, la Splendide. « Héraclide Ponnide dit qu’au temps où Prométhée façonna les Hommes, il créa Phaenon, dont la beauté du corps surpassait toutes les autres. Il eut le projet de le subtiliser et de ne pas le remettre, comme tous les autres à Jupiter, et Cupidon rapporta le fait à Jupiter, raconte Hygin. Quand il eut mis son projet à exécution, Mercure fut envoyé auprès de Phaenon afin de le convaincre de rejoindre Jupiter et de devenir immortel. Voilà pourquoi il fut placé parmi les étoiles ». Un cas assez rare pour le souligner de la catastérisation d’un personnage mythologique en planète.

Jupiter, grand maître des cieux et roi de tous les dieux, fils de Saturne contre qui il s’est retourné, met 12 ans pour traverser les 12 maisons du zodiaque, soit une par année terrestre. Ce cycle correspond à la période de révolution de la planète autour du Soleil.

Illustration de Babylone

Marduk à Babylone

Bien avant les Grecs, les prêtres des cités mésopotamiennes, observateurs obstinés et méticuleux du ciel, voyaient dans l’« étoile vagabonde » le dieu tutélaire de Babylone, Marduk. Celui-ci y devint, voici 32 siècles, la divinité suprême. Le nouveau roi de tous les dieux, Marduk, venait de détrôner Enlil, et s’installait dans le temple Esagil érigé pour lui, à côté de la mythique tour de Babel. Incarné dans le ciel par la planète Jupiter, il était représenté en dragon Mushhushshu, étrange créature hybride dont des représentations ornaient la porte d’Ishtar (déesse dont l’équivalent est Vénus en Grèce).

Dragon Mushhushshu

Jupiter sous l’œil des astronomes

Clin d’œil à la mythologie gréco-romaine, la NASA a envoyé en mission autour de la planète Jupiter, une sonde spatiale nommée Juno. À l’instar de la déesse éponyme, le vaisseau vise à percer tous les secrets de Jupiter, à dévoiler ce qui se cache derrière l’épais écran de fumée qui l’enveloppe, en l’occurrence son épaisse atmosphère. Et cela a l’air de bien fonctionner, car les instruments de la sonde éclairent les chercheurs sur ce qui se trame à l’intérieur, sous les turbulences visibles depuis la Terre.

Jupiter et Saturne lors de la grande conjonction de décembre 2020. Crédit : APOD (NASA), Thanakrit Santikunaporn (National Astronomical Research Institute of Thailand)

Jupiter est une très belle planète à observer dans une lunette ou un télescope. Dans de bonnes conditions, on peut distinguer aisément ses rayures caractéristiques, ses bandes équatoriales, et la Grande Tache rouge qui l’orne, gigantesque tempête en activité depuis au moins deux siècles. À voir également dans un instrument, et même avec une paire de jumelles, la danse de ses quatre plus grandes lunes : Io, Europe, Ganymède et Callisto, nommés aussi satellites galiléens, du nom de leur célèbre découvreur.

Jupiter déshabillée dans l'infrarouge par le télescope Gemini North (moitié gauche), et par Hubble, dans le visible (moitié droite). Crédit : International Gemini Observatory/NOIRLab/NSF/AURA/NASA/ESA, M.H. Wong and I. de Pater (UC Berkeley) et al.