You've successfully subscribed to Le Cosmographe
Great! Next, complete checkout for full access to Le Cosmographe
Welcome back! You've successfully signed in
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.
Comment trouver la Grande Ourse et l’étoile polaire ?

Comment trouver la Grande Ourse et l’étoile polaire ?

4 min read
Podcast : les origines et les mythes de la Grande Ourse et la Petite Ourse

La Grande Ourse n’est pas difficile à trouver dans la nuit parsemée d’étoiles. Surtout grâce à ses sept étoiles les plus brillantes qui dessinent l’astérisme bien connu de la Grande Casserole (Big Dipper) aisé à repérer dans le ciel. On remarque sa forme très vite, une fois que vos yeux se sont accoutumés à l’obscurité (prenez soin de choisir un site à la campagne préservé de la pollution lumineuse). L’appellation de Grande Casserole — de plus en plus courante — se substitue à celle, ancienne de plus de trois millénaires et très répandue sur le pourtour méditerranéen et au Moyen-Orient, de Grand Chariot. Voici 27 ou 28 siècles, les Grecs le désignaient à la fois sous ce terme, mais aussi sous celui de l’ourse, comme l’indique Homère : « l’Ourse à qui l’on donne aussi le nom de Chariot ». Toutefois, nous regardons l’ourse comme une constellation, c’est-à-dire une figure plus étendue et complexe qu’un astérisme .

Au centre, le tracé orange relie les sept étoiles de l'astérisme de la Grande Casserole ou Grand Chariot (elles sont un partie de la constellation de la Grande Ourse, en latin Ursa Major). En haut, à droite, l'astérisme (et constellation) de la Petite Casserole ou Petit Chariot, Petite Ourse (Ursa Minor). Polaris est l'étoile qui indique le nord. Crédit : SkySafari

Le chariot d’étoiles, transfiguré dans le ciel par les Mésopotamiens inventeurs de la roue, a bien sûr évolué avec le temps et ceux qui l’ont adopté. Tantôt, interprété comme char des âmes tiré par trois ânes, trois bœufs ou trois chevaux, et accompagné d’un charretier à leurs côtés (l’étoile Alcor à côté de Mizar), tantôt comme char de la noblesse ou d’une divinité. Mais cela ne s’arrête pas là, car l’astérisme qui assemble ces sept étoiles possède une multitude de formes et d’identités, qui varie selon les régions du monde où il est observé (voir liste plus bas).

La Grande Ourse est haute dans le ciel au printemps. L'étoile Polaire ou Polaris ne bouge pas (en apparence depuis la Terre) et les étoiles du Petit Chariot ou Petite Ourse tourne autour comme l'aiguille d'une horloge. Crédit : SkySafari

Comment trouver l’étoile Polaire ?

Les trois étoiles qui composent le manche de la Grande Casserole (ou qui représentent les animaux qui tirent le Chariot) sont Alkaïd, Alcor (et Mizar) et Alioth. Les quatre restantes qui composent le récipient de la Casserole ou, si l’on préfère, la caisse du Char, sont Merak, Dubhe, Megrez et Phekda. C’est en reliant ces deux dernières et en prolongeant en ligne droite le trait que vous trouverez l’étoile Polaire. Moins brillante que les sept de l’ourse, elle apparaît quasiment sur le tracé, plus exactement, à cinq reports de la mesure (trois ou quatre doigts serrés) qui sépare les deux roues arrière du Chariot.

L'été, au début de la nuit, la Grande Ourse redescend vers l'horizon. Crédit : SkySafari

Polaris a un intérêt particulier, très important et précieux depuis des siècles, pour qui veut naviguer (ou voyager) : elle indique précisément la direction du nord. Et plus encore, puisque selon sa hauteur dans la voûte céleste, vous pouvez connaître votre latitude sur le Globe terrestre. Au pôle nord, vous la verrez au zénith, tandis que ceux qui sont sur l’équateur, ils ne la distingueront qu’au raz de l’horizon. Indiquant le nord et fixe, toujours à la même place (presque) tout au long de la nuit, elle est donc un repère fidèle et fiable dans l’espace et le temps pour tous ceux qui recherchent un guide. Elle ne se couche jamais et tout semble lui tourner autour. Pourquoi ? Parce que l’axe de rotation est positionné dessus. C’est le cas actuellement. Car, en réalité, celui-ci oscille comme une toupie et ne pointe pas toujours dans la même direction. Visant un point près d’Alpha de la Petite Ourse encore en ce début de XXIe siècle, il dérive en permanence sur une période cyclique de 25 900 ans vers d’autres étoiles. Certaines très brillantes, et d’autres beaucoup plus discrètes. Par exemple, les bâtisseurs des Grandes Pyramides de Gizeh avaient-ils une autre étoile polaire que nous qui la recherchons aujourd’hui dans la Petite Ourse. Pour eux, il s’agissait de Thuban (Alpha Draconis), une étoile d’éclat modeste dans le Dragon. Cela était encore très différent pour les Préhistoriques contemporains des peintres de Lascaux, il y a 17 000 ou 18 000 ans. Ils avaient une autre étoile polaire, plus éclatante que l’actuelle, l’étoile bleue Deneb (Alpha Cygni), dans le Cygne. Elle le redeviendra pour nos descendants dans quelque 10 000 ans !

À l'approche de l'automne, au début de la nuit, la Grande Ourse marche sur l'horizon. Crédit : SkySafari
L'hiver, au début de la nuit, la Grande Ourse remonte doucement la pente du ciel. Le Dragon, lui, a la tête près de l'horizon. Crédit : SkySafari

Différents noms de la Grande Casserole

• Les Sept Bœufs de battage, Septem Triones, Septentrion (Rome)

• Sept frères qui épousèrent les Sept sœurs Krittika (Inde)

• Sept frères (Caucase)

• Les Sept Khan (Tartares altaïques)

• Sept vieillards, sept voleurs (Mongols de Sibérie)

• Sept gardiens du cercle du pôle nord (Kirghiz)

• Sept garçons changées oies (indiens Chumash, Californie)

• Cuisse du Taureau sacré entourée de sept étoiles (Égypte)

• Une ourse et ses trois oursons (anciens peuples de l’Inde).